Sud ptt

Grève Rivesaltes

mardi 3 mai 2016, par Philippe C.

Répression et sanctions - 2 ans d’exclusion en guise de dialogue social !

Dans les Pyrénées-Orientales comme dans beaucoup de départements la direction de la Poste -et plus particulièrement au courrier- tente d’étouffer toute contestation liée à la politique et à la stratégie de destruction massive que la société anonyme La Poste déploie sans vergogne. Ainsi, lorsque des agents se révoltent contre ces mauvais coups, c’est la répression et les sanctions qui s’abattent sur les grévistes et les représentant(e)s syndicaux qui sont dans les luttes. C’est le cas pour le conflit emblématique des facteurs de Rivesaltes qui après plus de 5 mois de grève sont toujours DEBOUT pour défendre leurs emplois, leurs conditions de travail et le service public postal.

A ce stade des discussions/négociations, la direction de La Poste se veut revancharde car même si des évolutions positives sont à dénombrer :
- Transformation CIE en CDI
- Report du projet de réorganisation au 18 octobre 2016
- Pas de délocalisation des agents des sites de Rivesaltes, Espira de l’Agly et Claira
- Prise en compte de la démographie sur 1 an
- Maintien de la tournée sur Peyrestortes pour le facteur concerné
- Allègement des tournées
- Comblement des volants de remplacement par du personnel titulaire (fonctionnaire ou CDI)
- Mise en place de tournées adaptées pour tenir compte des préconisations médicales
- Promotion en I-3 pour les agents les plus âgés

Il n’en demeure pas moins que la direction veut faire payer cher aux grévistes et aux représentant(e)s syndicaux le fait de s’être rebellé(e)s contre l’ordre établi.

Dans le cas précis c’est le militant CGT de Rivesaltes qui est particulièrement visé pour le simple fait d’avoir participé et animé un conflit collectif du travail. C’est inadmissible et contraire aux principes constitutionnels liés au droit d’expression, d’autant plus que le dossier disciplinaire que la direction de La Poste entend produire est principalement à charge et contient des éléments diffamatoires (ex : pseudo agression physique du directeur d’établissement de Rivesaltes).

La Poste propose une sanction d’exclusion de fonctions d’une durée de 2 ans à l’encontre de notre collègue. Pourquoi ? Tout simplement pour faire un exemple et dissuader ainsi les autres postiers du département -qui subissent les mêmes souffrances- de faire grève pour défendre leurs droits et leur dignité.

Il est donc temps de relever collectivement la tête !

Cette occasion se présente plus particulièrement le mardi 31 mai 2016, date à laquelle doit se tenir à la DSCC Golfe du Lion à Montpellier le conseil de discipline d’Alexandre Pignon notre collègue injustement incriminé.

Est-ce que nous allons continuer à courber l’échine sans réagir ? Est-ce que nous allons continuer d’être les esclaves dociles de nos dirigeants ?

NON, la servitude volontaire ça suffit ! HALTE à la criminalisation du mouvement social et syndical ! STOP à la répression et aux sanctions pour les postiers en lutte ! ON NE LACHE RIEN !

Solidarité financière : envoyer un chèque à l’ordre de Sud Poste 66 ou de la CGT FAPT 66 (avec la mention « Solidarité Rivesaltes » ou « Solidarité Cabestany » au dos) au 2 boulevard Poincaré 66100 Perpignan

Communiqué SUD - CGT

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0